Comment optimiser les pages Web de son Site Internet ?

Comment optimiser les pages Web de son Site Internet ?

Lorsque Google parcourt le web, son principal objectif est de savoir, pour chaque page, quel sujet principal est abordé, pour ensuite évaluer sa crédibilité et son poids en fonction de nombreux critères. Vous devez donc aider Google à savoir de quoi parle votre page. Pour cela, vous devez donc :

=> Aborder un seul sujet principal dans chaque page

=> Travailler les “zones chaudes” des pages pour qu’elles permettent à Google de savoir quel sujet est abordé dans chaque page. Ces zones chaudes sont :

– La balise title 

– Le titre H1 de la page

– L’URL

Concrètement, ces 3 zones sont analysées par Google pour connaître le sujet principal abordé par votre page. Il faut donc faire apparaître dans ces 3 zones le mot-clé principal, celui qui désigne le mieux ce que vous décrivez dans votre contenu. Le moteur de recherche sera ainsi en mesure d’identifier avec précision le sujet que vous abordez. Ainsi, lorsqu’un internaute cherchera une information sur ce sujet, votre page aura de bonnes chances de se positionner en tête des résultats. Par exemple, si vous souhaitez être bien positionné sur le mot-clé “louer une voiture à Paris”, vous aurez beaucoup plus de chances d’y parvenir si le mot-clé “louer une voiture à Paris” est présent dans les 3 zones chaudes. Au-delà de cet aspect “positionnement”, cela permettra à Google de savoir que votre page traite à titre principal de location de voiture dans la capitale. Cela renforcera donc votre capacité à vous positionner également sur les synonymes ayant la même signification (“location de voiture 75007”, “voiture louer Gare Montparnasse” etc…).

Optimiser vos pages consiste donc essentiellement à vérifier que les 3 zones chaudes : < Sont rédigées avec soin < Contiennent le mot-clé principal de la page.

Optimisez la balise title

a. Trouvez la balise title d’une page

La balise title est un élément qui n’apparaît pas sur votre page : on ne la voit nulle-part en parcourant votre site. Pour autant, sans le savoir, vous êtes familiarisé avec elle, car lorsque vous naviguez sur Google, vous ne faites que lire et cliquer sur des balises title :

balise Title SEO

Sur la capture d’écran ci-dessus, on voit un résultat de recherche Google. Les liens sur lesquels vous pouvez cliquer sont les balises title. Lorsque vous cliquez sur ces liens, vous accédez à la page en question. Par exemple, ci-dessus, la page achetermonchien.com a pour balise title :

achetermonchien.com: trouver un chien et acheter un chiot.

Pour voir cette fameuse balise title, il faut : – Soit regarder le code source de votre page en recherchant la section. Pour cela, cliquez n’importe où dans votre page avec le bouton droit de la souris et sélectionnez “code source” ou “afficher le code source”. Puis, effectuez une recherche dans cette page en appuyant simultanément sur les touches contrôle (ctrl) et F (pomme ou commande + F si vous êtes sur un Mac). Dans le champ de recherche qui est apparu, entrez “title” et appuyez sur la touche “entrée”. Vous arriverez alors sur la section <title> :

Trouver un chien et acheter un chiot |AcheterMonChien.com

– Soit utiliser un petit logiciel qui vous permet de voir le contenu de vos balises title sur toutes vos pages. Par exemple, l’outil Mozbar, que vous pouvez installer sur votre navigateur, vous permettra de surveiller les balises title de votre site. Mozbar est un plugin (une extension) qui s’installe sur les navigateurs Chrome et Firefox. Pour le télécharger et l’installer, tapez tout simplement “Mozbar Firefox” ou “Mozbar Chrome” dans Google puis suivez les instructions. Une fois installé, vous verrez apparaître, en haut à droit de votre navigateur, un petit bouton “M” bleu.

A présent, vous pouvez vous promener de page en page sur votre site. En cliquant sur le bouton “M”, vous verrez apparaître une fenêtre vous donnant toutes les précisions utiles sur chaque page, avec en particulier le contenu de la balise Title :

Par exemple, ici, on peut lire que la balise title (Page title) de la page sejour.lastminute.com/sejour.html est : séjour pas cher dernière minute-lastminute.com”

b. Modifiez la balise Title

Pour modifier la balise Title , vous avez deux grandes solutions :

– Soit savoir modifier le code source de votre page et aller remplir la section.

Soit utiliser les fonctions de votre CMS, c’est-à-dire du logiciel que vous utilisez pour modifier votre site.

Selon le CMS de votre site, il est plus ou moins facile de modifier les balises title des pages. Mais dans tous les cas, aucune connaissance en codage n’est nécessaire : remplir la balise title de chaque page est un jeu d’enfant quant on sait où regarder. Demandez donc à votre prestataire web de vous expliquer comment y accéder, ou utilisez le logiciel Optimiz.me, qui vous guide pas à pas en fonction du CMS détecté sur votre site (parmi les 10 CMS les plus rependus, tels que WordPress, Joomla, Prestashop, Magento, Drupal, 1&1 my Website, Jimdo…).

La rédaction des balises title est cruciale pour les performances de votre site à plusieurs égards :

– Les mots-clés présents dans cette balise sont considérés par Google comme très significatifs du contenu de votre page. Donc, si vous placez le mot-clé “acheter un chiot” dans cette balise, Google vous positionnera plus haut sur la requête “acheter un chiot”.

– Comme nous l’avons vu, la balise Title s’affiche dans les résultats de recherche. C’est sur elle que les internautes cliquent pour accéder à votre site. C’est donc la seule image et la seule information dont ils disposent concernant votre contenu avant de visiter votre site. Il faut donc faire un effort particulier de rédaction afin de maximiser le nombre de clics d’internautes cherchant une information. Les règles à appliquer sont les suivantes :

  • Ne pas faire une suite de mots-clés : Par exemple, dans la balise title ci-dessous, nous sommes en présence d’une suite d’expressions-clés : chien et chat, collier anti fugue, dressage anti aboiement.

ABOO. L’univers du chien et du chat collier anti fugue dressage anti aboiement

Ici, la suite de mots-clés alignés les uns derrière les autres indique d’une part que la page concernée n’a pas un seul sujet à aborder mais plusieurs et d’autre part ne permet pas une compréhension facile pour le lecteur. En effet, un internaute faisant une recherche sur Google va faire un choix parmi les résultats proposés. Dans la plupart de cas, il va effectuer son choix en moins de 3 secondes. Il doit donc se sentir en confiance et va choisir une formulation qui soit la plus claire possible. Mélanger le collier anti-fugue avec le dressage n’est pas pertinent ; soit je veux acheter un collier, soit je veux acheter un dressage anti-aboiement. Dans le premier cas, je dois arriver sur une page où je peux choisir un collier antifugue. Dans le deuxième cas je dois arriver sur une page me présentant les dressages anti-aboiement. En tant qu’internaute, je vais choisir la page sur laquelle j’ai le plus de chances de trouver tout de suite exactement ce que je cherche.

Utiliser la ponctuation : La balise titre s’adresse à un être humain autant qu’au robot de Google. Il faut donc qu’elle soit facile à lire et compréhensible. Toujours sur ce même exemple, on peut voir que l’absence de virgule entre “chat” et “collier anti-fugue” rend la compréhension de la phase plus difficile. En outre, l’absence de ponctuation est un signe de mauvaise qualité du contenu et ne favorise donc pas le clic de l’internaute.

Dans la mesure du possible, ne pas dépasser 70 caractères : Google n’affiche pas plus de 70 caractères, espaces compris. Là encore on peut voir sur notre exemple que Google n’affiche pas le titre en entier : celui-ci est coupé après le terme “anti…”. L’internaute ne sait donc pas ce qui est indiqué après. De plus, il faut savoir que Google accorde à chaque mot-clé un poids inversement proportionnel au nombre de mots présent dans la balise titre. Aussi, le mot-clé “collier anti-fugue” aura d’autant plus de poids que le nombre de mots au total dans la balise titre sera faible… Toutefois, dans certains cas, vous ne pourrez pas respecter cette limite pour des raisons éditoriales. Souvenez vous simplement que votre balise Title doit être composée de 10 à 12 mots descriptifs. Cet ordre de grandeur vous aidera à composer des balises Title de qualité.

Excepté sur la page d’accueil, évitez de positionner le nom de marque au début. L’utilisateur de Google veut trouver une information, pas le nom d’une « boutique ». Ce qui l’intéresse, c’est votre produit, pas directement votre marque (à moins que vous ne soyez à la tête d’une entreprise ayant tellement marqué son marché, que vous vendez votre marque avant même votre produit). De plus, Google accorde davantage de poids aux mots situés en début de balise title qu’à ceux situés à la fin… Or, ce qui vous intéresse, c’est plutôt d’être bien placé sur votre mot-clé que sur votre nom de marque, non ? 

Notez que, sur la page d’accueil, la logique est inversée : en tant que page représentant votre marque, il est conseillé de mettre celle-ci bien en évidence sur la page d’accueil, de préférence au tout début de la balise Title.

La balise H1

Imaginons que vous rédigiez une plaquette papier à l’attention de vos clients. Vous allez probablement utiliser des polices, des couleurs, des tailles de caractères différentes pour faire ressortir les différents titres. Un moteur de recherche, lorsqu’il parcourt votre page, ne peut pas visualiser ces titres comme le ferait un être humain et ainsi se rendre compte de la hiérarchie que vous avez établie entre le contenu important (les titres) et les simples paragraphes. Du coup, Google se fie à une balise située dans le code source de la page pour connaître les différents niveaux de titres. Les titres de niveau 1 portent la balise H1, le niveau 2 est H2 et ainsi de suite.

En général, sur chaque page d’un site, on va trouver un titre. Pour autant, Google ne saura qu’il s’agit du titre que si on le lui indique, c’est-à-dire si on place une balise H1 au niveau du texte de ce titre.

Pour créer des titres H1, vous devez là encore utiliser votre CMS (le logiciel de modification de votre site internet). En règle générale, c’est assez facile à mettre en place. Demandez simplement à la personne qui a créé votre site de vous expliquer comment affecter un attribut H1 à vos titres de pages.

Il est en général conseillé de ne mettre en place qu’une seule balise H1 par page. En effet, dans le prolongement de ce que nous avons vu tout à l’heure, cela aide Google à connaître le sujet principal de votre page. Ensuite, les différents sous-titres portent la balise H2 et peuvent structurer le discours sur le sujet principal évoqué par la page. Par exemple, pour les colonies de vacances d’équitation, il est possible de structurer avec 3 sous-titres : les colonies d’été, les séjours du printemps et les sessions de la Toussaint.

Comme la balise Title, la balise H1 doit comporter le mot-clé principal de votre page. Si vous placez un mot-clé donné dans la balise H1, vous augmentez les chances que votre page s’affiche dans les résultats de recherche Google lorsqu’un internaute tapera une expression comportant ce mot-clé. Vous pouvez choisir de mettre le même contenu en H1 et en balise title, cependant, notez que :

=> Le contenu du H1 n’est pas limité en nombre de caractères. Il doit cependant rester raisonnablement long : nous vous déconseillons de faire des titres à rallonge. Nous vous conseillons d’opter pour 5 à 7 mots descriptifs.

=> Le contenu du H1 s’affiche sur la page, donc il faut qu’il permette à une personne arrivant par hasard depuis Google de tout de suite comprendre de quoi la page traite.

=> Il est intéressant d’utiliser la forme interrogative sur le H1, car cela peut être pris en compte par Google pour considérer que vous apportez une réponse à une problématique intéressant les utilisateurs de Google. Par exemple, préférez “Comment évaluer la qualité d’un consultant : les réponses de Jacques Dupont” plutôt que “Jacques Dupont, le meilleur consultant de France”.

3. L’URL

L’URL désigne tout simplement l’adresse des pages de votre site. Par exemple, l’URL de la page présentant les colonies de vacances équitation est la suivante : https://lesresoteurs.fr/referencement-marseille-aix/

L’URL doit être la plus simple possible, au sens où elle doit être courte et décrire le contenu de la page visitée de façon claire. Il faut éviter les caractères et expressions qui n’ont aucun sens, comme par exemple :

/index,

/17309303

/node

De même, vous devez éviter au maximum les URL à rallonge du type : 

/index.php?option=com_content&view=article&id=51&Itemid=66&88c17aa4a52f367d13af862b61852548=b16940a62c907e6d9617a5c9282 35ff2

Les mots-clés présents dans l’URL sont pris en compte par Google pour déterminer le contenu général du site et pour renforcer le positionnement de la page sur ces expressions. Si ce critère est en perte de vitesse depuis plusieurs années, il reste encore intéressant d’inclure des mots-clés dans les URL de ses pages les plus importantes. Cette opération doit toutefois être réalisée avec précaution.

En effet, modifier une URL est un acte qu’il faut réaliser avec précaution. De façon générale, il est important que l’URL conserve une certaine stabilité. Lorsque vous changez une URL, c’est un peu comme si vous “déménagiez” une page. Le contenu de la page reste le même, mais il a changé d’adresse. Or, si un site extérieur a fait un lien vers votre page et que vous changez l’URL de cette page, le lien va devenir un “lien mort”. Concrètement, les internautes du site extérieur qui cliqueront sur le lien arriveront sur une page “erreur 404”

Le problème, c’est que les internautes seront toujours dirigés vers l’ancienne URL. Ils arrivent donc sur une page manquante (la fameuse erreur 404), qui leur indique que la page n’existe plus… Alors qu’elle a simplement changé d’adresse. 

Pour contrer ce problème, il faut mettre en place ce qu’on appelle une redirection 301. La redirection 301 est exactement le même processus qu’un changement d’adresse à la poste : vous indiquez aux gens qui arrivent sur l’ancienne URL qu’il faut désormais aller à la nouvelle pour accéder au contenu. 

Cette redirection est d’autant plus importante que Google tient compte du nombre de liens pointant vers une page pour déterminer son classement dans les résultats de recherche, mais aussi de son ancienneté, du nombre de partages Facebook qu’elle a pu recevoir… Sans redirection, tout ce patrimoine reçu par l’ancienne URL sera perdu pour la nouvelle. Dommage, non ?

Si votre site a des URL à rallonge ou ne contenant aucun mot descriptif du contenu de vos pages, il peut être utile d’optimiser les URL en faisant un plan de modifications assorti de redirections pour chaque page modifiée. Pour cela, vous devez vous renseigner auprès de la personne qui a créé votre site pour qu’elle vous montre comment modifier l’URL des pages et effectuer des redirections. Par exemple, pour le logiciel de modification de site (CMS) WordPress, la redirection peut se faire avec l’interface ci-dessous :

redirection 301

Dans “source URL”, on indique l’ancienne URL. Dans Target URL, on indique la nouvelle. Puis, on clique sur “add redirecton”. Rien de sorcier donc, dans le cas présent. Sachez que ce processus est très simple sur des CMS comme Prestashop, Magento, WordPress, mais un peu plus complexe sous Joomla et Drupal.

Le cas particulier de la métadonnée description

La métadonnée description ne fait pas partie des zones chaudes car son contenu n’a pas d’impact sur le positionnement de votre site dans Google. Néanmoins, il convient d’accorder beaucoup de soin à sa rédaction car elle contribue fortement à décider les utilisateurs de Google à visiter votre site lorsqu’ils parcourent des résultats de recherche. En effet, la métadonnée description désigne tout simplement le texte qui s’affiche en dessous du lien bleu dans les résultats de recherche. 

Les internautes se fient au texte de la métadonnée description pour se faire une idée du contenu de la page… Il est donc crucial d’optimiser cette métadonnée pour qu’elle donne envie aux internautes de visiter votre contenu plutôt que celui des concurrents.

Les règles à suivre pour rédiger une bonne métadonnée description sont les suivantes :

=> Viser 150 à 300 caractères : Selon la taille de la requête tapée par l’internaute, l’affichage de la métadonnée description sera plus ou moins étendue. Comme pour la balise titre, il peut être préférable de ne pas dépasser 156 caractères, puisque Google n’affiche pas les éléments situés au delà de ce quota lorsque la recherche de l’internaute est une requête courte.

=> Être rédigé sous la forme de une ou deux phrases bien construites, bien orthographiées, avec de la ponctuation. Il est essentiel d’inspirer confiance aux internautes en étant capable de formuler de façon claire, concise et propre le contenu de votre page.

Méthodologie

Avant de vous lancer dans l’optimisation de vos zones chaudes et la rédaction de vos métadonnées description, il est bon de s’organiser en créant un tableau récapitulatif :

URL

Ce tableau vous permettra :

=> De ne pas perdre vos anciennes URL

=> De préparer vos nouveaux contenus en veillant à ce qu’ils contiennent à chaque fois votre mot-clé principal. Pour cela, reportez vous à votre plan de référencement.

Dans la colonne “ancienne URL”, vous conservez les adresses des pages dont vous comptez modifier l’URL. De cette façon, en cas de problème, vous serez certain de pouvoir revenir aux anciennes URL ou effectuer des redirections. Dans la colonne “nouvelle URL”, vous construisez vos nouvelles adresses de pages en tenant compte de la nécessité de faire simple et concis. Dans “Méta title” et H1, après avoir consulté votre plan de référencement, vous construisez des titres comprenant votre mot-clé principal. Dans méta description, vous écrivez une description de moins de 156 caractères décrivant bien le contenu de votre page.

Soignez la rédaction et faites relire ce tableau par une personne ne connaissant pas votre activité, afin de vérifier qu’elle comprenne bien, à la seule lecture de vos balises title et description, le contenu de vos pages. Une fois que vous avez validé ce tableau, il ne vous reste plus qu’à l’implémenter, c’est- à-dire à copier-coller vos différents textes dans chacune des pages de votre CMS.

 

Retenez bien que Google se fie à 3 critères essentiels pour connaître le sujet principal de votre page : la balise title, l’URL, le H1.

La balise title et la métadonnée description sont les textes qui donnent envie ou non à l’internaute faisant des recherches sur Google de cliquer sur votre site pour venir le visiter. Elles doivent donc être rédigées avec soin.