Freemium, le nouveau modèle économique pour une entreprise

freemium agence web marseille les resoteurs

Freemium, le nouveau modèle économique pour une entreprise

 
 

C’est souvent suite à des échanges avec des personnes de mon environnement professionnel que je décide de rédiger un billet. Il y a environ 15 jours, Jean-luc de Social Maker me disait que son associé n’était pas pour faire du freemium avec leur produit. Peut-être qu’ils ont raison de ne pas proposer du freemium et après tout c’est leur choix !

Avant de continuer, savez-vous ce qu’est le freemium ? Le principe est simple, il s’agit de proposer une offre gratuite pour attirer les utilisateurs tout en les encourageant à passer à une version plus complète. Bien évidemment, cette dernière offre est payante. C’est un concept qui est très connu dans certains univers comme les logiciels, mais qui à mon sens est complètement transposable à d’autres secteurs professionnels.

Le freemium est un business model qui a évolué depuis le début des premiers logiciels. Cependant, avec les applications mobiles et jeux vidéos, le freemium a pris une autre dimension que nous allons voir ensemble.

Amener l’utilisateur au service payant

Dans toutes entreprises, il y a des stratégies. Avec le freemium, c’est très simple ! On offre aux clients la possibilité d’utiliser notre service et ce, à titre gratuit. Attention, l’utilisateur n’a pas accès à toutes les fonctionnalités, celles-ci sont restreintes.Il est aussi possible d’encadrer la durée d’utilisation du service. L’objectif est d’attirer le consommateur, le faire du charme avec son offre gratuite et de le pousser à dégainer sa carte bancaire pour qu’il passe à la version qui vous arrange le plus, c’est-à-dire la version payante.

Se constituer un fichier client

Peu importe le servie que l’on peut proposer, il peut s’agir d’une application mobile ou d’un logiciel, le mode de fonctionnement reste le même. Les restrictions sont toujours les mêmes et elles ont toujours le même objectif. Le but est de fournir à titre gratuit et au plus grand nombre d’utilisateurs le service que vous proposez. Ce qui a l’avantage de se constituer un fichier client. Celui-ci grossira avec la satisfaction des premiers utilisateurs qui parleront de vous et qui deviendront des clients, voire des ambassadeurs. Avec une telle puissance de frappe, vous pouvez proposer plus facilement des offres dites premium à ceux qui utilisent votre service gratuit.

Vous devez par tous les moyens assurer la satisfaction des utilisateurs gratuits. Ils doivent absolument investir dans une offre premium. Jean-luc m’a dit “tu prêches un convaincu, mais mon associé me dit qu’il n’y a qu’une minorité des utilisateurs freemium qui acceptent de payer”. Oui, c’est vrai ! et c’est d’ailleurs cette minorité qui finance la communauté que vous mettez en place. C’est donc un autre travail à mettre en place, à vous de savoir combien vous avez besoin de clients pour que votre service devienne rentable.

Ce n’est certainement pas un travail facile, mais votre mission est d’attirer de nouveaux utilisateurs. Simple, vous pouvez inciter les personnes inscrites à votre service à inviter leurs contacts? Pourquoi ne pas leur demander de partager leur expérience client sur les réseaux sociaux. Plus on parlera de vous et plus on vous saura qui vous êtes ! Faites-vous connaitre sur les réseaux sociaux est fondamental. Être présent sur des plateformes social média permet de réduire son coût d’acquisition des clients, tout en continuant à étoffer la base.

Le taux de conversion doit être exponentiel

L’offre gratuite de votre service c’est bien, ça vous fait connaitre ! Mais l’objectif est bel et bien de convertir les clients “free” en payants. L’important est de bien monétiser cette offre payante. Vous devez endosser la casquette de commercial, car il va falloir savoir la vendre. Mettez-vous à la place d’un client deux minutes : Comment je ressens les restrictions de l’offre ? Sont-elles frustrantes pour moi ? Est-ce que je me sens forcé à passer à l’offre payante ? Non, donnez-lui l’envie de profiter plus, l’envie d’utiliser toutes les fonctionnalités de votre offre.  L’utilisateur doit avoir l’impression que pour une modique somme dépensée, vous lui offrez un gros avantage.

Le freemium est-il un modèle transposable

Oui, il est transposable bien entendu ! le Testez avant d’acheter a toujours plus et plaira encore longtemps. Combien d’entre nous utilisent aujourd’hui Scoopit, buffer ? ou pour les plus connus Deezer, Spotify ? Je reste persuadé qu’il y a un marché avec le freemium quel que soit votre offre et votre domaine d’activité.